Les parc de sculptures de SALAE KOUM (NONG KHAI-Thailande)



C'est l'histoire d'un mec un peu farfelu, Boun Leua Sourirat, qui trainait ses tongues dans les montagnes de son Laos natal, se demandant ce qu'il pourrait bien faire de sa vie, quand soudain il tomba dans un trou et aterrit sur les genoux d'un gentil hermitte qui vivait la, dans la grotte, precisement.

De fait, il y resta plusieurs annees, l'hermitte Keoku, lui apprenant les mysteres de Bouddha, des dieux et deesses des mondes souterrains et de l'au-dela.

De retour sur terre, ce drole de Leua ne devint pas un moine (peut-etre ne desirait-il pas s'abstreindre aux regles exigeantes des monateres, ou abstinence et interdiction de fumer la moquette sont de rigueur).

Quoiqu'il en soit, il avait pour projet la creation d'un parc de sculptures mythologiques, sorte de pantheon geant et genial, au symbolisme marque.

Son premier essai au Laos etant infructueux (juge trop fantaisiste, et pour cause), c'est de l'autre cote du Maekong, a Nong Khai, Thailande, que l'artiste delure put exorciser ses demons, et liberer ses desirs de creation.


Hallucinant! Des statues gigantesques qui peuvent atteindre 25 metres (soit un immeuble de cinq etages), dans des poses exuberantes, des details loufoques (des doigts recourbes exagerement longs, un sexe de chien en erection...) ou des scenes quotidiennes dans sa representation du cycle de la vie, la samsara (adultere, femme secretaire au travail, postier, squelettes enlaces...). Perdues dans une jungle vegetale, l'effet de surprise qu'induit la decouverte des statues, n' en est que renforce.


 

Les sculptures sont faites d'une armature en fer, emplies de briques et enduites de ciment, materiaux peu couteux et plus faciles a mettre en forme. Des centaines de volontaires ont aide a la realisation des oeuvres monumentales.

Inutile des preciser que nous avons particulierement apprecie l'ambiance decalee et delirante du site.

Le genre de parc que j'aimerais bien faire chez moi, "y a-t-il des volontaires?"